AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Entretien royal avec le précepteur...

Aller en bas 
AuteurMessage
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Entretien royal avec le précepteur...   Dim 29 Oct - 23:11

Janeyra était assise sur son trône et tapotait machinalement du bout des doigts sur l'accoudoir. Elle attendait son précepteur, un sujet fidèle. Elle avait à s'entretenir avec lui de certaines choses, notamment en lien avec le retour d'Estyne et de Reyn et de l'état de sa bru.

Le brave homme s'occupait déjà de ses deux derniers et avait fait l'éducation de Reyn, Catelyn et Urilan. Bien sûr, sa charge était désormais moins importante, 3 des 5 enfants ayant quitté la demeure familiale. Mais bientôt, un autre arriverait et il pourrait reprendre plus activement du service. De même, il pourrait donnr quelques leçons à Estyne concernant la Cour d'Andor...

Oui, tout cela était parfait et elle lui faisait confiance pour mener à bien sa tâche. Elle attendit donc qu'il arrive enfin et se présente à elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: À son entière disposition...   Lun 30 Oct - 8:17

***Dans la pénombre d’une porte latérale, Sigismon de Mathérin était arrêté depuis quelques instants et réfléchissait.***

Il regardait sans être vu cette souveraine magnifique dont la présence emplissait la salle. Admirable et redoutable, elle faisait le destin du royaume, celui de sa famille et en particulier le sien, car il dépendait entièrement d’elle. Sa famille avait été bien inspirée de la soutenir sans condition contre ses rivales à la succession du trône, voilà bien des années, et la souveraine avait récompensé la loyauté de la maison Mathérin en lui confiant plusieurs des charges du royaume : basse justice et administration du palais, commandement des armées frontalières et perception des impôts, parmi d’autres. Lui-même, dernier fils de sa famille, sans espoir d’héritage, que serait-il sans elle? Avant même qu’il eut fait ses preuves, elle lui avait offert une vie de calme et de sécurité en l’accueillant à ses côtés et en lui confiant l’éducation de ses enfants. Précepteur royal, quel honneur cela avait été! Vingt ans plus tard, il en sentait toujours la fierté et une profonde reconnaissance envers la reine.

***Le précepteur glissa complètement hors de vue et s’appuya au mur. Il emplit ses poumons d’air.***

Avait-il été à la hauteur? Aux princes et princesses Urilan, Catelyn, Reyn, Cailiane et Pelias, il avait enseigné comme il le pouvait l’écriture et l’héraldique, le nom des grandes familles et les règles de l’étiquette, le droit et les devoirs qui incombent à la noblesse et il avait tenté de leur transmettre ses rudiments des autres disciplines. Ils avaient appris et dépassé leur maître à plusieurs niveaux. Néanmoins... quelque chose avait dû manquer; Il n’avait pas réussi à leur transmettre la prudence la plus élémentaire face aux choses qui n’appartiennent pas au domaine des mortels. Pourquoi les trois aînés s’étaient-ils autant compromis auprès de femmes qui prétendent troubler le destin lui-même? Le destin est si fragile...Où avait-il failli? Devrait-il maintenant rendre des comptes?

***Sigismon jeta un coup d’oeil furtif vers le trône et vit que la reine tapotait du bout des doigts sur son accoudoir. Elle s'impatientait. Il rajusta sa tenue, essuya ses mains moites et se força au calme. Cette femme avait reçu la moitié de sa vie et il la supplierait d’accepter l’autre moitié. Mais il n’en montrerait rien. Il ne devait rien en montrer. Il fit le vide et laissa place à la discipline, s’enveloppant de ce qu’il avait enseigné en se plaçant sous la distance protectrice des convenances. Comme s’il exécutait une chorégraphie pratiquée mille fois, il passa la porte de son pas feutré et se présenta sous le regard de la souveraine.

Respectant l’étiquette à la lettre, marchant comme il se doit et au rythme prescrit, il s’arrêta à bonne distance, puis, avec l’élégance qui convenait au lieu, à son rang et à celui de la souveraine, il s’inclina.***

Sa Majesté trouve devant elle son dévoué serviteur, à son entière disposition.

Sans doute, la reine avait la perspicacité et avait eu le temps de connaître suffisamment le précepteur de chacun de ses enfants pour percevoir sa nervosité et sa dévotion, mais il respecterait parfaitement le protocole et n'ajouterait aucun reproche aux yeux de tous. Pour ces torts qu'il n'avait pu éviter à ses enfants, puisse-t-elle être clémente et lui accorder l'occasion de les corriger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Lun 30 Oct - 22:29

Alors qu’elle commençait à s’impatienter, Sigismon parut enfin. Si elle avait apprit que l’homme avait passé quelques minutes dans l’ombre à l’observer et à se remémorer le passé, au risque de la faire attendre, elle l’aurait écorché vif. Bon, peut-être pas à ce point finalement, mais il aurait entendit la voix mécontente de la Reine le sermonner à ce sujet. Mais fort heureusement pour lui, elle venait juste de l’apercevoir et pensa donc qu’il avait fait aussi vite que possible. Effectivement, comment seulement imaginer que son fidèle serviteur eut l’audace de la faire patienter pour une petite introspection ?

L’homme s’avança alors, toujours fidèle à l’étiquette qu’il connaissait sur le bout des doigts et qu’il s’était efforcé d’inculquer à ses enfants. Il y était parvenu bien sûr. Les enfants royaux étaient intelligent fort heureusement et apprenaient vite. Seulement, ils appliquaient leur savoir quand bon leur semblait au grand désespoir de la Reine et sans doute du Précepteur. D’avoir ainsi participé à l’éducation de ses enfants et d’avoir été là durant toute leur croissance lui avait conféré une place à part à la Cour et auprès de la Reine. De même, malgré sa rigidité, les enfants appréciaient cet homme et le considéraient un peu comme un oncle.

Il se présenta alors et fit une révérence, exécutée à la perfection. Pendant qu’il parlait, elle le regardait, le visage impassible. Il avait vieilli, elle s’en rendait compte alors qu’il se redressait. Il avait toujours la même silhouette nerveuse, c’était son visage qui avait changé. Ses cheveux autrefois flamboyants s’ornaient de quelques cheveux gris. Ils avaient à peu près le même âge et Janeyra se fit la réflexion qu’elle-même avait du changer durant tout ce temps. Son visage était plus dur, de même que ses yeux. Quelques rides d’expression avaient vu le jour sur son visage royal. Heureusement, sa chevelure restait toujours aussi dorée. Mais pour combien de temps ?

Elle s’arracha au fil de ses pensées fort importunes pour le moment et se permit enfin un sourire qui se voulait rassurant pour cet homme autoritaire mais qui craignait pourtant le courroux de la Reine. Elle avait tout donné à sa famille. Elle pouvait aussi tout reprendre. La famille de Mathérin évoluait depuis des années dans la sphère de la Reine à des postes plus ou moins clés…

- "Relevez-vous Seigneur de Mathérin. Malgré les apparences, cet entretien n’est pas vraiment officiel."

Elle ménagea une pause et continua :

- " Si je vous ai fait mander, c’est pour vous assigner de nouvelles responsabilités. Oh rassurez-vous, rien de très harassant. Vous n’êtes pas sans ignorer que mon fils et sa femme sont enfin rentrés de leur lune de miel. "

Il y avait encore une note amère à ses derniers mots. On aurait pu remplacer lune de miel par escapade non programmée et totalement hors contrôle.

- "Il me semble qu’ils sont rentrés pour de bon cette fois et qu’ils vont enfin pouvoir assumer leurs rôles. Surtout Estyne qui ne l’a endossé que très récemment. Evidemment, l’éducation reçue à la Tour et la couleur de son ajah prouvent bien qu’elle est une experte en politique. Seulement, elle n’est pas seulement Aes Sedaï conseillère de la Reine, mais aussi Princesse d’Andor. Et en cela, elle se doit de connaître ce pays et ses coutumes sur le bout des doigts, n’est-ce pas ?"

Par là, elle insinuait qu’elle comptait sur le précepteur pour mettre au point les connaissances de la jeune femme à ce sujet. Il était assez fin pour avoir compris l’allusion à peine déguisée. Elle poursuivit alors :

- "Durant 20 années, vous avez fait un travail formidable avec mes enfants qui n’ont pas toujours été des élèves modèles, j’en suis consciente. Aussi, je vous demande si vous être près à prodiguer votre savoir à la prochaine génération, Seigneur de Mathérin ?"

Personne n’était encore au courant de la grossesse d’Estyne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: S'adapter à sa place...   Mar 31 Oct - 3:14

Le Précepteur redressa sa silhouette mince et noble et écouta la Reine. Avec une attention respectueuse, il suivait ses lèvres, ses pupilles, le détail de ses gestes et les inflexions de sa voix. Le visage stoïque, il admirait son contrôle, sa maîtrise de cette partie de la rhétorique qui dépassait les mots, celle des allusions, des élisions, des gestes et des souffles, celle des expressions subtiles de la réelle diplomatie, jamais dite, mais communiquée sans mots à ceux qui devaient comprendre. La rhétorique s'enseigne pour faire de bons orateurs, mais la diplomatie et l'autorité réelles ne s'acquiérent qu’auprès d’un modèle. Comme il eût aimé pouvoir rester et observer encore... Il soupira intérieurement et acquiesça franchement aux paroles de la Reine.

"Votre Altesse, l’excellence de vos enfants ne fait aucun doute et, s’ils suivent votre exemple, qui pourrait douter que leur jeunesse prometteuse s'épanouisse dans une maturité qui resplendira sur le royaume?"

L’austère scoliaste esquissa un furtif sourire courtois, puis recouvrit vite un soupçon de gêne en reprenant son expression sévère.

"Ahum... Comme Votre Majesté le sait probablement, le caractère de vos aînés s’est forgé au-delà de la portée d’un précepteur, et même vos plus jeunes sont au bord de cet âge. Néanmoins, aussi longtemps que vous m’accorderez d’associer mes modestes efforts au bien-être de votre maison, je n’aurai pas de plus grande fierté que de les assister, eux et leur entourage."

Il sourit.

"Et s’il advenait que naisse une nouvelle génération et qu'elle me soit confiée, Majesté, vous ne pourriez m’offrir un domaine qui me comblerait davantage!"

Un intérêt sincère paraissait à travers son expression contrôlée et il semblait intrigué. Cailiane était trop jeune et sans fiancé - à sa connaissance. Ce n’était sûrement pas elle qui portait un enfant, mais si c’était le cas, il chérirait le bâtard comme un enfant légitime, et il s’imaginait déjà partir pour le camoufler loin de la cour. Si l’enfant était d’Urilan, de Catelyn ou de Reyn, c’est dans l’ombre de la Tour blanche qu’il naîtrait... La logique élémentaire suggérait toutefois qu’il s’agisse de l’enfant du prince Reyn et de son épouse sedaï, probablement conçu dans leur escapade. Avaient-ils conçu naturellement, au moins ? Comment savoir ? Une pointe d'appréhension ombragea son expression.

"Quant à l’épouse du prince Reyn, si votre Majesté me le... permet, je me présenterai à elle et lui offrirai mon aide pour s'adapter à sa nouvelle... place. Si elle accepte mon conseil, je pourrai l'accompagner pour l'aider à connaître Andor et sa souveraine, et je pourrai peut-être aussi vous aider à mieux connaître votre belle-fille. Ai-je l'approbation de votre Majesté?"

Le Précepteur se montrait au service de la reine, mais il était incertain quant à son acceptation par la nouvelle princesse initiée à Tar Valon. Jusqu'à présent, il avait soigneusement évité la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Mar 31 Oct - 21:27

Janeyra fut satisfaite de voir Sigismond écouter avec autant d'attention ses paroles. A vrai dire, elle décelait même son admiration pour elle. Etait-elle vraiment justifiée? Pouvait-on admirer quelqu'un pour des actes qu'il avait toujours été habitué à faire? N'était-ce pas damirable d'agir au contraire, différemment de d'habitude? Bref, elle s'égarait et revint à la réalité, tandis que le Précepteur acquiesçait.

Elle sourit quand il loua le talent de ses enfants et surtout d'elle-même. Il avait toujours eu un talent fou pour flatter. Et pourtant, elle savait ses paroles sincères, bien qu'enjolivées par son verbe fleuri. Il encvhaina ensuite en disant qu'il était heureux de pouvoir servir la Reine, alors même que ses enfants en avaient moins besoin. De même qu'il était heureux de reprendre du service pour la nouvelle génération.

- "Parfait, vous me voyez ravie de constater votre enthousiasme à cette idée. j'aurais été fort chagrinée de votre défection."

Elle s'amusa alors de le voir chercher qui pourrait bien avoir engendré cette nouvelle génération. par déduction, il trouverait vite. Janeyra était au comble du bonheur. Finalement, le destin était étrange. Elle avait toujours pensé que ses filles eeraient les premières à la rendre grand mère, et en fait, c'était ses fils aînés qui s'étaient mis en ménage. D'abord Reyn qui était le premier. Et elle ne serait pas étonnée qu'Urilan, ce jeune homme si sombre par rapport à ses frères et soeurs éclatants, soit le prochain. Et malheureusement, Catelyn restait désespérément seule. Durant son séjour à Caemlyn, la Reine vait noté un changement chez sa fille vis à vis des hommes. Elle était encore plus froide et hautaine que d'habitude avec eux, les décourageant d'un regard glacial à se frotter à elle. Et cela inquiétait la souveraine.

Un sourire satisfait apparut sur les traits finement ciselées et froids de la Reine d'Andor à la réponse de Sigismond quand à l'éducation d'Estyne.

- "Vous l'avez évidemment. Bien sûr, je compte sur votre expérience et votre diplomatie naturelle pour ne pas lui imposer votre présence et gagner ses faveurs tout en finesse."

Car évidemment, Estyne n'apprécierait pas qu'on vienne lui redonner des leçons. Le Précepteur allait devoir la jouer fine pour entrer dans son cercle privé et lui imposer ses enseignements sans la vexer.
D'ailleurs la jeune femme ne devrait plus tarder à les rejoindre maintenant qu'elle avait mis les choses au point avec le Précepteur en "privé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estyne
Soeur grise
Soeur grise
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Tour blanche
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Mar 31 Oct - 23:01

Estyne n'était pas vraiment contrariée, mais elle n'était pas à la fête non plus. Les gardes en sentinelle devant la porte de la salle du trône lui avait demandé - poliement - de patienter quelques minutes alors qu'elle devait rejoindre sa belle mère.

Il n'y avait aucun doute que la reine tenait une audience et qu'elle voulait qu'elle n'y assiste pas pour une raison qui était du coup des plus évidente... on y parlait d'elle.

Estyne aurait crus que la Reine aurait été plus subtile dans ces démarches, en tout cas elle avait à maintes occasion prouvé à la jeune femme qu'elle pouvait être aussi retorse que n'importe laquelle de ses soeurs d'ajah. Peut-être avait-elle penser que ce matin encore, Reyn réussirait à la maintenir au lit un peu plus longtemps qu'elle n'en avait l'habitude. C'était ce qu'il avait toute la semaine durant, mais ce matin la Reine tenait audience et Estyne prennait son devoir de conseillère très à coeur.

Quand enfin les gardes royaux lui "permirent" d'entrer dans la salle, elle était suffisement énervée pour débouler en trombe d'un pas qui n'avait pas grand chose de mesuré.

"Je vous souhaite le bonjour ma Mère." La salua-t-elle en exécutant une petite révérence qui n'avait rien de révérencieux.

"Peut-être, ma Mère, faudrait-il penser à expliquer à votre capitaine de la garde que je suis votre nouvelle conseillère et par conséquent que j'eusse le droit de venir dans la salle du trône pour vous assister." Déclara-t-elle d'un ton ou perçait une pointe d'énervement.

Elle n'allait pas accuser sa mère de lui cacher des choses, ca ne se faisait pas surtout quand la dîte mère se trouvait être la souveraine de l'Andor, mais elle n'en pensait pas moins.

Elle marcha alors jusqu'à l'estrade et se plaça debout à la droite de sa belle-mère et remarqua pour la première fois Sigismond. Il était habillé élégament, mais pas assez pour justifier d'un statut de noble d'une maison majeur du royaume. Elle étrécit les yeux en l'observant se demandant pourquoi la Reine avait besoin de s'entretenir en secret avec un tel homme, qui manifestement n'avait pas un rôle politique majeur dans le royaume.

"Bonjour, messire." Commença-t-elle. " Je crains de ne pas avoir le plaisir de vous connaître..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Ainsi commencerait la leçon...   Mer 1 Nov - 2:24

L’estomac du Précepteur se noua à la confirmation qu'il aurait à côtoyer l'épouse du prince. Il contraignit ses muscles à se détendre, puis sourit.

"Votre Majesté est trop bonne... Sa confiance m’honore et elle peut compter sur tous mes efforts pour essayer d’en être digne."

Il s’inclina et s’apprêtait à se retirer, mais il sentit que la Reine ne lui donnait pas congé. Il releva la tête et il suivit son regard jusqu’à la jeune fille blonde qui était entrée et marchait d’un pas qui ne dénotait certain7ement pas qu’elle savait respecter les règles de l’étiquette. Son port de tête était noble, cependant, et les vêtements d’intérieur qui encadraient sa jeunesse l’identifiaient à la haute noblesse du palais. Or, il connaissait tout le monde et leur maisonnées sur au moins cinq génération. Était-ce là cette sorcière torve, machiavélique et redoutable qu’il s’attendait à trouver en l’épouse de Reyn? C’était une toute jeune fille!

Son caractère semblait impétueux, certes, et elle devrait apprendre à garder son rang, mais comme Cailiane, somme toute. En pensant à la cadette royale, un brin de tendresse se glissa dans son regard et il se dit qu’il aurait dû être plus sévère avec elle - mais même en la réprimandait pour ses incartades, il soupçonnait la petite d’avoir déjà la finesse de voir qu’il était en fait enchanté par sa vitalité. Cela avait été la même chose avec Reyn, en fait, et il se sentait responsable de tous les écarts de son ancien pupille. La princesse, il faudrait tout de même au moins qu’il la durcisse, qu’il la rende moins vulnérable aux périls et aux douleurs de la cour. Il devrait prendre sur lui et se discipliner pour faire comme il se devait de faire, particulièrement face à cette jeune fille, non, cette sedaï, qui menaçait de tout perturber à la cour. Sous cette candeur duveteuse, une vipère se cachait peut-être... Il devrait être vigilant. Restant immobile, discrètement effacé, il observa la nouvelle-venue traverser la salle du trône et se força à ne pas réagir quand il la vit monter sur l’estrade royale et le regarder de haut, mais il tiqua sur son emploi du mot "mère".

Il ne réagit que lorsqu’elle s’adressa à lui en lui demandant qui il était.

Ainsi commencerait la leçon...

Le sourire dans l’oeil, il effleura le regard d’Estyne et ne parla qu’après y avoir été invité d’un signe par la Reine. Il fit avec élégance la révérence qu’il devait à une étrangère de bonne noblesse.

"Dame, permettez alors que je me présente. Je suis Sigismon de Mathérin, fidèle comme ma famille à la Couronne plus qu’à la vie et précepteur de chacun des enfants de la Reine."

Il fit une courte pause et continua lorsqu’il y fut invité.

"Sans doute, puis-je aussi vous confier que la maturité des princes et princesses d’Andor me dégage de cet heureux rôle auprès d’eux et me rend disponible pour en assumer d’autres dans leur entourage? La Reine a d’ailleurs eu la bonté de recommander gracieusement la nouvelle épouse du prince Reyn à mes soins pour l’assister dans l’apprentissage de ses charges nouvelles et des coutumes du royaume. J’espère que l’agrément qu’elle y trouvera sera au moins aussi grand que celui que j’en anticipe... "

"Si sa Majesté le permet, puis-je vous demander si vous ne seriez pas cette jeune épouse désireuse de s’intégrer pleinement à son royaume et que je ne peux attendre de rencontrer?"

Il s’inclina de trois-quart à la Reine, comme il avait parlé, et attendit que celle-ci fasse signe à Estyne qu’elle pouvait répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Mer 1 Nov - 20:54

Janeyra vit débouler Estyne, furieuse de na pas avoir été mandatée à assister à cet entretien plus tôt. Elle salua la Reine, mais son énervement rendait sa révérence presqu’insolente, de même que son ton. Hum… Cette jeuhe fille allait devoir apprendre à patienter et surtout à respecter les souhaits de la Reine. Tout sourire, Janeyra répondit avec le ton qu’on emploie pour certains enfant turbulents mais pour lesquels on fait montre d’indulgence :

- "Bonjour ma fille. J’espère que vous n’avez pas trop réprimandé mon capitaine. Il ne fait qu’exécuter mes ordres et je ne vous attendais pas si tôt. Déranger de jeunes mariés me fend le cœur, mais les affaires du royaume passent avant, n’est-ce pas ?"

Oh, Janeyra excellait dans l’art de l’hypocrisie et elle étalait à nouveau ses talents dans ce domaine. Il y avait un siège à côté d’elle, un siège pour sa conseillère qui ne devait pas trop se fatiguer maintenant qu’elle était enceinte de son petit enfant.

- "Vous devriez vous asseoir Estyne. Inutile de vous fatiguer pour rien. Déjà que je suis confuse de vous avoir obligée à quitter le confort de votre chambre…"

La jeune Aes Sedaï s’était en effet placée à sa droite, faisant fi du siège qui y était installé. Elle avait vraiment un sacré caractère, caractère que la Reine s’emploierait à adoucir, pour le bien de tous.

Estyne demanda alors à Sigismond qui il était. Celui-ci guetta un signe de Janeyra pour répondre et elle le lui accorda. Hum, si Estyne pouvait en prendre de la graine. Mais il lui semblait illusoire que la jeune femme s’abaisse à cela.

Sigismon se présenta alors, en tant que Précepteur royal. Puis, il aborda le problème le plus délicatement possible. Malheureusement, connaissant le caractère de sa belle-fille, elle se doutait déjà que cela ne se ferait pas sans heurts. Cependant, ses dernières paroles lui donnèrent l’espoir que peut-être, tout se passerait bien finalement. Elle sourit à Sigismon, satisfaite.

- "Voyez-vous Estyne, le Seigneur de Mathérin est à mon service depuis plus de 20 ans et c’est lui qui a su avec autant de talent et de patience, éduquer mes enfants. Vous conviendrez avec moi qu’il s’est fort bien acquitté de la tâche non ?"

Elle sourit et continua :

- "Justement, j’étais en train de louer son travail passé quand vous êtes si opportunément arrivée."

Janeyra ne quittait pas son ton paisible et bienveillant, arborant un calme serein, royal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estyne
Soeur grise
Soeur grise
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Tour blanche
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Mer 1 Nov - 23:06

Le ton sur lequel la Reine lui répondit ne convenait guère à Estyne, mais si cela ne suffisait pas, les raisons qu’elle avança pour expliquer sa non admission dans la salle du trône étaient très éloignées de la vérité pour ne pas dire carrément fausses. Sa belle mère savait qu’elle savait qu’elle savait que ces réponses étaient fausses ce qui en faisaient des piques calculées à son encontre. Sûrement qu’elle lui en voulait toujours pour avoir enlevé son fils avant la nuit de noces… ou que son entrée de ce matin ne lui plaisait pas vraiment.

« Non, ma Reine. Votre capitaine n’était malheureusement pas là pour expliquer les raisons d’un tel refus.... probablement qu’il ne tenait pas à me les expliquer. Je le sens quelque peu intimidé depuis notre dernière rencontre. » Répondit Estyne avec un sourire en coin.

« Et je n’ai guère à cœur de réprimander les simples gardes qui ne font que leurs devoir. » Ajouta-t-elle d’une voix pincée.

Et ce fut là que la Reine lui conseilla de s’asseoir afin de se « ménager ». Alors là c’était sûr sa belle mère jouait à un jeu trouble qui commençait à lui déplaire sérieusement. Ses paroles étaient d’une rare hypocrisie car elle qui avait déjà eu cinq enfants devait pourtant parfaitement savoir que sa grossesse à ce stade ne présentait véritablement aucune gêne.

Elle regarda pour la première fois le siège, étonnée de ne pas avoir pris conscience de sa présence plus tôt.

Mais là un léger doute titilla tout de même l’esprit d’Estyne. Elle s’était sa première grossesse, et à vrais dire, elle connaissait strictement rien sur le sujet, mise à part le fait que ca durait neuf mois. Cependant elle n’allait pas se mettre à céder à sa belle mère aussi facilement ! Il en était hors de question ! Si la Reine voulait faire preuve d’hypocrisie, elles allaient être deux à jouer à ce jeu là !

« Ma Mère, je vous remercie du fond du cœur de tant de sollicitude. Je comprends dès à présent d’où Reyn et Catelyn tiennent leurs cœurs d’or et leur bonté d’âme. Votre peuple doit être le plus heureux du monde à savoir une reine aussi bienveillante que vous veiller à leur bonheur. » Déclama-t-elle avec emphase.

« Seulement comme vous l’avez fait remarquer toute à l’heure le royaume nécessite bien des sacrifices et je ne puis en toute conscience de mon rang privilégié et de mes devoirs sacrifier le protocole à des commodités pour me ménager. Une princesse ne doit pas ménager sa peine. » Reprit-elle avec un ton pénétré, avant d’adresser à sa mère un petit sourire.

« En outre, je ne suis enceinte que depuis peu, Reyn pourra d’ailleurs vous le confirmer, il tient à inspecter mon abdomen tous les matins depuis les quelques jours que nous sommes rentrés pour y découvrir quelques rondeurs, mais en vain. » Continua-t-elle, avec malgré elle, un petit sourire indulgent en repensant à son jeune prince d’époux, qui se matin encore avait essayé pendant presque une demi heure de détecter un quelconque renflement sur son ventre… avant que ces inspections ne mènent à d’autres choses…

Puis elle passa à Sigismon, qui se présenta comme le précepteur royal.

« Je suis enchantée de vous connaître maître Sigismon. »

Mais la suite ne fut plus du tout à son goût. Voilà donc ce qui se tramait dans son dos et le pourquoi du refus des gardes de la laisser entrer. Sa belle mère voulait quelqu’un pour la surveiller. Pire elle voulait que quelqu’un l’éduque ! La Reine la prenait-elle pour une malapprise ?

Elle jeta un coup d’œil furieux à cette dernière avant d’en revenir au précepteur. Elle repensa aux paroles du précepteur qui avait laissé passer quelque chose à travers toutes ses paroles fleuries.

Citation :
puis-je aussi vous confier que la maturité des princes et princesses d’Andor me dégage de cet heureux rôle auprès d’eux et me rend disponible pour en assumer d’autres dans leur entourage?

Il ne l’avait certainement pas fait consciemment, mais cela permettait à Estyne d’avoir une petite d’idée des paroles échangées pendant son absence forcée. La Reine avait du raconter qu’elle ne trouvait pas sa belle fille très mature malgré son statut d’Aes Sedai, enfin certainement d’une manière plus subtile.

Sa mère intervint à la suite de l’homme pour louer son travail auprès de ses enfants ce qui permit à Estyne de bien méditer sa réponse.

« Je dois reconnaître que Reyn peut parfois avoir des manières exquises… quand il le veut bien. Cependant malgré toute l’estime que cela m’inspire envers le précepteur royal, je ne pense pas avoir besoin de ses leçons. D’ailleurs, je crains que maître Sigismon oublier une des siennes… celle concernant le respect envers les royaux personnages. » Répondit-elle en reportant son regard vers l’intéressé.

« Maître Sigismon, insinuez vous par hasard que je manque de maturité ? » Demanda-t-elle d’un ton pincé.

Ah! Sa belle-mère croyait qu’elle manquait de maturité, Eh bien elle allait lui montrer qu'elle était déjà bien assez mature pour passer outre un discours flatteur et fleuri pour en retirer quelques subtilités.

« Je suis l’épouse du Prince Reyn, ce qui fait de moi un princesse, maître Sigismon. Mais je suis également une Aes Sedai de l’Ajah grise, qui, comme devrait le savoir un précepteur tel que vous, est spécialisée dans la diplomatie et la politique. » Continua-t-elle d’une voix glaciale.

« Ne faites pas l’erreur de me prendre pour une enfant qui n’y entend rien en politique. Les apparences sont parfois trompeuses… je pourrais être assez âgée pour être votre grand-mère que mon physique serait le même. » Dit-elle. Bien sûr la Reine savait que sa jeunesse n’était pas du au fait qu’elle soit Aes Sedai, mais qu’elle l’était véritablement. Mais cela elle doutait que le précepteur le sache vraiment, il n’avait pas l’air d’avoir de grandes connaissances sur les ses sœurs et elle.

« Sachez que je respect mes devoirs de princesse d’Andor comme je respecte les trois serment. Je pense quant à moi, même si je remercie ma Mère pour sa demande, que je pourrais apprendre les us et coutumes d’Andor sans aides. »
Conclu-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Atouts utiles à la Couronne et, parfois, agréables?   Jeu 2 Nov - 4:24

Pendant que la Reine expliquait à la jeune femme qui il était, Sigismon de Mathérin notait le constraste entre le calme auguste de la souveraine et l’expression blessée de l’épouse de son ancien élève, qui argumentait en négligeant le protocole et les marques de respect dûes à la souveraine. Il retint un soupir en songeant à la distance qui la séparait d'être suffisamment convenable pour paraître en public au côté de la Reine et fit discrètement signe aux gardes de ne laisser entrer personne.

Son attention était toute à la jeune femme lorsqu’elle déversa sur lui son déplaisir. Il analysait. Elle s’était sentie attaquée par la Reine, hum... et sa propre intervention lui arrivait comme un manque de respect. Tsk, tsk, tsk... Sa mention de maturité avait été perçue comme une pointe, bien sûr.. Elle soulignait son rang supérieur à lui, comme épouse de prince et particulièrement comme sedaï. Bon... Ensuite, elle soulignait l'emprise contre-nature qu'il lui serait possible d'exercer sur son âge apparent... Brr! Heureusement qu'il connaissait les généalogies de Tear... Ah, et elle affirmait pouvoir connaître Andor sans aide. Hum, hum, hum... Ne se sent pas reconnue, voire bafouée? Ou... menacée? Bien, c'était rassurant quant aux limites de ses pouvoirs... Tout de même, pauvre petite... Comment la rassurer? Il devait la sortir de cette forteresse où elle s’enfermait... Hum...

Il resta un moment sans répondre, semblant retenir une émotion et attendant que la Reine lui offre la parole. Il prit encore un instant, sincèrement préoccupé de se faire comprendre.

"Votre Majesté, j'aimerais éviter un malentendu, aussi je vous demande d'excuser cette tirade".

Il reprit alors à l'intention d'Estyne en s'adressant à son jugement.

"Dame, vous avez raison; m’imposer à vous comme précepteur serait une insulte au rang auquel vous êtes élevée par votre mariage, tout juste sous la Reine et ses enfants, et cette volonté témoignerait de surcroît d'un manque d’assurance quant à votre maturité, votre maîtrise diplomatique, votre conscience des nouveaux devoirs qui vous incombent et votre connaissance de l’étiquette. Imposer pareille chose serait peu convenable de la part du petit seigneur que je suis, en effet. Je vous prie de croire que je ne saurais y prétendre".

Son ton était empreint de politesse, mais laissait paraître une pointe d'émotion.

"Néanmoins, n’est-il pas raisonable de vous accueillir comme il se doit, surtout si telle est la volonté de sa Majesté? De veiller à vous faire découvrir les particularités de cette cour? De vous introduire de bonne façon à ceux qui en font partie? Votre époux vous mènera sans doute à tout ce dont il se souvient de sa jeunesse au palais, mais il n'était encore qu'un jeune homme à son départ et il me ferait plaisir de l'informer et de le guider lui -même en votre compagnie vers les choses et les gens qui ont changés en son absence.

En particulier, vous faire connaître des gens qui soutiennent la Couronne en montrant que vous respectez leurs coutumes, leur vie et leur place, ne serait-ce pas là une manière aisée de vous attirer leur loyauté et d'entretenir celle qu'ils vouent à la Reine? Les connaître ne serait-il pas utile à votre rôle de conseillère? Peut-être avez-vous appris à Tar Valon comment dispenser une reine de son entourage, mais loin de ces choses qui débordent l'ordre naturel, je persiste à croire que le respect et l'affection d'un entourage soient des atouts non seulement utiles à la Couronne, mais parfois agréable - ou du moins je l'espère!"


Sigismon sourit et ouvrit ses grandes mains en s'inclinant à nouveau de trois quart vers la reine.

"Peut-être n'en avez-vous pas besoin, mais ce serait pour moi un honneur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Jeu 2 Nov - 22:30

Janeyra resta impassible devant les réponses d’Estyne. D’abord celle-ci lui répliqua que son Capitaine n’était pas là et qu’il évitait d’ailleurs de se frotter à Estyne depuis leur dernière rencontre. Janeyra sourit à part elle devant l’assurance de la jeune femme. Son Capitaine ne la craignait sûrement pas. Seulement il avait la sagesse de ne pas se frotter à cette jeune femme qu’il avait du mal à ne pas traiter comme sa fille, une enfant qui avait besoin de quelques leçons.

Elle continua en disant qu’elle n’avait pas à cœur de réprimander des gardes qui faisaient leur travail. Janeyra hocha la tête et répliqua d’une voix de velours :

- « Sage décision. Le Capitaine prend ses ordres de moi et si je lui dis que personne ne doit entrer, personne n’entre. Peu importe la personne. Cependant, c’était un oubli de ma part et cela ne se reproduira plus Estyne. En tant que Conseillère, vous avez naturellement votre place à mes côtés. En outre, nous n’échangions que de vieux souvenirs avec Messire de Mathérin. Je suis sûre que 20 années de souvenirs vous auraient ennuyé. »

Le ton était resté égal, bien qu’une pointe de bienveillance et d’indulgence perçait dans sa voix

Estyne continua encore, faisant des louanges à Janeyra pour sa bonté et sa façon de s’inquiéter ainsi pour sa belle-fille. Janeyra sourit et répondit à nouveau :

- « Certes, il faut savoir faire des sacrifices. Mais qu’est-ce que le protocole en regard de la vie et de la bonne santé d’un enfant royal ? »

Estyne lui révéla alors que Reyn se désespérait de voir le ventre fertile s’arrondir sous l’effet de la vie qui s’y développait. Malgré elle, Janeyra eut un sourire ému en pensant à son fils et en l’imaginant agir ainsi. Et ui, c’était un homme maintenant… Elle allait devoir parler avec lui d’ailleurs à ce propos. Pas de Reine à Prince, mais de mère à fils.

Estyne s’attaqua alors à Sigismon, d’abord gracieuse. Mais la suite du discours du précepteur n’était pas à son goût et l’œillade furieuse qu’elle décocha à Janeyra suffit à le lui faire comprendre.

La Reine se raidit malgré elle quand Estyne répondit au Précepteur qu’il oubliait son rang et qu’il n’avait pas à parler ainsi à une Princesse royale et à une Aes Sedaï de surcroît. Janeyra soupira inétrieurement. Evidemment, Estyne se rebellait de ce traitement et faisait son Aes Sedaï. Janeyra avait envie de lui apprendre que ce n’était pas ainsi qu’on imposait le respect…

Janeyra avait profité de certains moments pour observer Sigismon qui restait muet et en profitait pour se faire une idée d’Estyne. Elle savait que la jeune femme avait bon fond, malheureusement elle le dissimulait par son arrogance née d’un manque d’assurance et d’un besoin de s’assurer et d’asseoir son autorité.

Sigismon lui lança un coup d’œil, demandant ainsi la parole et Janeyra hocha la tête. Elle écouta attentivement son discours et le trouva bien plus convaincant que le précédent. Surtout qu’il n’était pas qu’hypocrisie, Janeyra connaissait assez son fidèle sujet pour ça. Surtout que son discours lui plaisait, reflétant la pensée de sa Reine. Elle sourit donc et quand Sigismon eut fini, elle reprit :

- « Oui, Reyn se mettra au courant lui aussi. Il a vécu trop d’années loin de la Cour et un petit récapitulatif ne lui fera pas de mal. Comme partout, la Cour d’Andor recelle des trésors et des vipères. Il vous faut savoir à qui faire confiance, qui manipuler, de qui se défier. Reyn et vous gagnerez du temps à écouter les conseils de maître Sigismon que d’apprendre par vous même. En outre des erreurs pourraient être catastrophiques… »

Elle sourit et continua :

- « Et Maître Sigismon a raison. On ne gagne pas le respect des autres en restant éloigné d’eux. Quelques fois cela fonctionne. Mais personnellement, je préfère que mon peuple me voie comme une Reine accessible et juste. Pas une Icône lointaine qui joue au jeu du pouvoir dans son palais doré. Et j’aimerais beaucoup que mon peuple voie en vous une Princesse qui aime son peuple d’adoption qu’une Aes Sedaï qui tire les ficelles dans l’ombre. Et ne vous offusquez pas, vous connaissez votre réputation. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estyne
Soeur grise
Soeur grise
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Tour blanche
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Ven 3 Nov - 0:17

Quand la Reine défendit son capitaine de la garde et mentit éhontément sur la discussion qu’elle avait eu avant son arrivée, Estyne esquissa une grimace. Elle ne pouvait pas jeter à la face de la Reine qu’elle venait de lui mentir. Le plus dérangeant dans cela c’était que si la Reine se mettait à lui mentir elle ne pourrait jamais gagner sur elle ! Le combat était perdu d’avance, vu u’elle-même ne pouvait proférer de mensonge à cause des trois serments.

Elle préféra donc se taire et ne pas faire encore dégénérer d’avantage la situation. Qui pourrait dire après qu’elle n’était pas diplomate après cela ?

Puis sa belle mère en revint à cette histoire de siège et ses paroles indiquaient clairement que par son entêtement elle pouvait mettre la vie de son enfant à naître en danger. Etait-ce encore un mensonge ? Une honteuse exagération des faits destinée à effrayer une jeune mère dont les connaissances dans le domaine de périculture laissait à désirer. Mais pouvait-elle réellement courir le risque juste pour prouver qu’elle était de taille à assumer une certaine autorité.

Elle regarda quelque moment la Reine partager entre un sentiment d’inquiétude et de frustration de ne pas savoir si la belle mère jouait avec son ignorance pour imposer ses décisions.

Elle soupira avant de prendre place sur le fauteuil.

« Ce n’est pas très juste, mère. » Murmura-t-elle alors.

C’est alors que le précepteur demanda à la Reine l’autorisation d’éclaircir ses dernières paroles. Il le fit en présentant des excuses assez complètes pour qu’Estyne soit satisfaite et hoche gracieusement la tête. Quand il eu terminé elle était même prête à lui accorder son pardon.

Mais voilà le précepteur en question ne s’arrêta pas là. Il continua avec obstination sur sa lancée. Il termina en affirmant que serait un honneur pour lui que de s’atteler à son instruction.

Mais bien sûr que se serait un honneur pour lui ! Mais serait aussi un énorme déshonneur pour elle ! Un homme qui éduquerait une Aes Sedai ! Elle serait la risée de ses sœurs si jamais on l’apprenait. Et nul doute que cet homme se ferait un devoir de tut raconter à la première occasion. Elle ne doutait pas que le précepteur était fidèle à la Reine, mais certainement pas fidèle envers elle ! Comme elle l’avait déjà remarqué auparavant, il ne semblait guère être un puit de science sur ses sœurs et elle-même… comme la plupart des gens vivants dans ce monde. Or l’opinion de ceux-ci envers les Aes Sedai variait toujours entre la crainte, voir la peur et la méfiance.

Si elle acceptait cette instruction, et si l’Amyrlin apprenait. Elle penserait assurément que l’Aes Sedai censée conseillé la Reine d’Andor était trop faible pour assumer ce rôle. Sa jeunesse jouerait contre elle et elle aurait de la chance si elle décidait seulement de lui retirer cette place.

« J’entend vos arguments maître Sigismon, cependant je vous répète que je suis totalement apte à apprendre par moi-même les subtilités de la Cour D’Andor. » Commença-t-elle avant que la Reine n’intervienne à son tour soutenant qu’il s’agissait d’une bonne idée.

« Mère, je ne commettrais pas d’erreur. Je ne me juge pas infaillible, seulement j’ai toujours été considéré comme une bonne juge des caractère et savoir distingué les personnes de confiance qui pourront s’avérer de bon soutient et les autres ne me prendra pas beaucoup de temps. » Continua-t-elle.

Elle ménagea une pause avant de reprendre.

« Cependant, le fait que Reyn puisse rafraîchir auprès de son ancien précepteur serait certainement une bonne chose. »

Enfin sa belle-mère voulue enfoncer le clou en approuvant également l’idée que ce faisait Sigismon sur la meilleure façon de régner. En outre elle insinua des choses assez déplaisantes sur la façon dont tout le monde percevait son caractère.

« Mère quoique je fasse, les andorins ne verront jamais en moi autre chose qu’une Aes Sedai. Vous savez bien comment mes sœurs et moi sommes perçues par les gens ordinaires. » Déclara-t-elle avec un sourire triste.

Et ce fut à ce moment là qu’Estyne eu une idée, qu’elle jugea en son for intérieur vraiment bonne.

« Je pense donc qu’il serait illusoire que le bon peuple d’Andor en vienne à m’aimer. Alors pourquoi essayer de changer la pensée des gens ? Ma réputation peut donc tout aussi bien vous servir. Quand vous prendrez des mesures impopulaires comme les monarques doivent malheureusement en faire pour le bien de tous même si elles ne sont pas jugé comme telles, les gens penseront obligatoirement que ces idées viennent de moi. Votre réputation ne souffrirait donc d’aucun préjudice quoique vous pussiez faire tandis que la mienne… eh bien elle ne changerais guère de ce qu’elle est… »


Ne pas être aimé de son peuple d’adoption ne la laissait pas aussi indifférente qu’elle voulait bien le faire croire… mais elle avait aussi raison sur ses dires précédents… quoiqu’elle fasse on ne verrait jamais autre chose en elle qu’une Aes Sedai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Comment, mais comment allait-il réussir?   Sam 4 Nov - 1:02

Sigismon se détendit et parut heureux en recevant l'assentiment de la Reine. Son sourire se figea néanmoins lorsqu'il entendit la réplique de la jeune femme.

Cette sedaï avait l'intention dimposer la terreur sans considération pour l'entourage de la Couronne! Il avait craint la dernière Aes Sedaï qui avait conseillé la Reine, mais au moins, elle respectait l'équilibre de la cour et veillait en partie aux intérêts du Royaume. Celle-ci s'annonçait comme une tornade menaçant de tout bouleverser. De quoi était-elle capable? Elle compromettrait sa position, celle de sa famille, l'honneur de la Reine et le bien-être de la Couronne! Il n'abandonnerait pas, mais que pourrait-il faire? Comment limiter les dégâts? Comment, mais comment allait-il réussir la tâche qui lui était confiée?

En contraignant ses traits à se détendre malgré la tension qui lui perforait les entrailles, il resta immobile en laissant la Reine répondre au commentaire qui s'adressait à elle. Une goutte de sueur perla sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Sam 4 Nov - 14:46

Janeyra ne conçût même pas de joie de voir Estyne capituler et prendre place dans le fauteuil. Apparemment, cela coûtait à la jeune femme. La Reine se pencha vers elle et répliqua dans un murmure :

- « Je sais. Pourtant, faites moi confiance. Ce sont les premières semaines les plus délicates, là où vous risquez le plus de perdre l’enfant. »

Sigismon s’excusa alors et du coin de l’œil, Janeyra vit la jeune femme accepter ses excuses. Elle en conçut un vif soulagement… qui ne fut hélas, que temporaire. Estyne resta campée sur ses positions, continuant à vouloir à tout prix apprendre par elle-même. Cette fois, la coupe était pleine et l’entêtement de la jeune fille commençait sérieusement à agacer la Reine qui n’avait pas l’habitude qu’on lui résiste ainsi, surtout quand on était dans son tort !

Elle allait mettre fin à cet entretien quand Estyne continua en disant qu’elle ne pensait pas que les andoriens puissent l’aimer un jour et qu’elle était donc prête à sacrifier sa popularité pour celle de la Reine. Cette fois, c’était trop, bien que l’idée de la jeune femme était toute à son honneur et très politique, elle ne plaisait pas à Janeyra. Elle se leva donc brusquement et déclara d’un ton péremptoire :

- « Cette fois ça suffit ! »

Sigismon se taisait et observait, anxieux. Janeyra regardait Estyne, son regard vert si semblable à son fils, la foudroyant. En cet instant, elle ressemblait fort à Catelyn, mais en encore plus impressionnante et imposante.

- « Je commence à en avoir assez de tenter de vous convaincre du bien fondé de mon projet et de vous voir continuer de protester alors même que vous savez au fond de vous que c’est une bonne idée. Seulement, cette fichue fierté d’Aes Sedaï vous empêche d’accepter de l’aide gracieusement offerte ! »

La voix de la Reine gonflait sous la colère contenue.

- « Je suis Reine Estyne. Pensez-vous que cela me rende inférieure à vous ? Pensez-vous que je ne sais pas ce que vous ressentez alors que l’on pointe une légère lacune dans vos connaissances ? Mais Aes Sedaï ou pas, vous n’avez pas la science infuse et moi non plus ! Un bon dirigeant est celui qui sait admettre ses défauts et en tirer profit. Alors à quoi me sert une conseillère si je n’écoute pas ses conseils et n’en fait qu’à ma tête, juste pour conserver mon orgueil ? Car oui, ce n’est pas de la fierté que je voie en vous, mais de l’orgueil mal placé. Une Aes Sedaï n’a rien à apprendre des autres, c’est bien connu ! »

Et voilà, Estyne avait réussi à mettre sa belle-mère en colère et ce n’était pas exactement une chose à faire.

- « Vous ferez ce que je vous dirais Estyne. Vous accorderez quelques heures dans votre journée à maître Sigismon, en compagnie de Reyn. Je ne vois pas pourquoi lui en aurait plus besoin que vous. D’ailleurs, je me pose une question au passage : si l’enseignement venait de mon fils, dans votre intimité, réagiriez-vous ainsi ? Fait-il tout ce que vous voulez, même quand ce sont des erreurs, sans jamais broncher ? Je ne crois pas. Alors, ayez la décence d’agir de même avec d’autres personnes qui ne sont pas forcément de votre rang. La remise en question, Estyne, voilà ce qui vous fera avancer. Mais cela est difficile de faire son auto critique. En avez-vous seulement le courage ? »

Les yeux étincelants, elle continua d’une voix légèrement radoucie :

- « Et pour finir, je refuse que vous endossiez le rôle de la vile conseillère. Si vous n’étiez qu’une Aes Sedaï à mon service, cela serait une excellente idée. Mais je refuse que le peuple haïsse l’épouse de mon fils. Il doit admirer et aimer sa princesse. Ce sera long et sans doute difficile, surtout si vous ne revoyez pas votre conduite. Mais une telle épreuve ne devrait pas faire peur à une Aes Sedaï n’est-ce pas ? Rappelez-vous ce qu’on vous a enseigné à Tear, Estyne. Toutes les expériences passées ne sont pas à oublier. »

Elle se rassit alors et soupira avec lassitude.

- « J’en ai terminé. D’autres remarques ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estyne
Soeur grise
Soeur grise
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Tour blanche
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Sam 4 Nov - 16:00

[HJ : oulala... elle commence à pe faire peur la Reine mère ^^ ]

Estyne fut vraiment surprise de la colère de sa belle-mère. Elle regarda étonnée celle-ci se lever d'un coup pour la foudroyer de son regard émeraude si semblable à celui de son époux adoré.

C'est avec un étrange détachement qu'elle fit le parallèle entre la mère et le fils. Reyn se mettait rarement en colère, et à vrais dire quasiment jamais. Cependant celà lui était déjà arrivé d'"oublier" son statut de lige pour devenir seulement le maris ou plutôt seulement le Prince. Dans ces moment là son attitude inflexible, autoritaire ne laissait pas la place à la discussion et souvent à sa plus grande surprise, Estyne finissait par se plier aux décisions de son époux sans moufter.

Celà était rare et à contre coeur, Estyne devait bien avouer que quand celà arrivait c'était souvent à raison. Bon d'un autre côté Reyn payait souvent ses excès d'autorité de diverses façon qu'Estyne prenait un malin plaisir à concocté dans son esprit retord et machiavélique, son orgueil l'empêchant d'admettre qu'elle avait pu plier devant qui que se soit sans une certaine compensation. Punition que Reyn acceptait souvent stoiquement. Après tout il l'avait épousé en sachant très bien qu'elle était une femme au caractère bien trempé.

Celà fit revenir en elle la conversation qu'elle avait eu avec Caliane quelques jours auparavant, lorsqu'elle lui avait fait comprendre que finalement c'était son époux qui dominait leur couple paradoxalement en soumettant la plupart du temps.

Sa Mère, elle, ne se soumettait jamais. Elle était une souveraine jusqu'au bout des ongles et si elle se montrait conciliante comme au début de cet entretien c'était seulement qu'elle préferait obtenir ce qu'elle voulait non par l'autorité mais par le dialogue. Cependant elle n'accpeterait pas de compromis... quand elle voulait quelque chose elle l'obtenait.

Mais Janeyra aurait-elle une souveraine comme une autre, qu'Estyne ne serait pas forcément inclinée devant la colère royale. Les Aes Sedais obtenaient toujours tout ce qu'elles voulaient d'une manière ou d'une autre. Elle aurait même été outrée qu'on ose s'adresser à elle comme la Reine venait de le faire. Cependant c'était justement cette façon particulière qu'elle avait eu de la remettre à sa place contre laquelle Estyne n'avait aucun pouvoir de lutter.

Une mère qui morigénait sa fille, voilà comment la reine venait de lui parler, pas comme une souveraine s'adressant à un sujet, ni une matriarche ordonnant à sa belle-fille, mais comme une mère.

Une mère, Estyne n'en avait jamais eu. Celle qui lui avait donné le jour c'était toujours désintéressé de son sort même avant qu'elle soit bannie de Tear.

C'était une autorité, un pouvoir, qu'Estyne avait accordé d'elle même et de bon coeur, bien qu'inconsciement à sa belle mère. Une autorité contre laquelle seule la soumission était admise... et encore plus bizarrement Estyne était heureuse que quelqu'un exerce celle-ci sur elle.

Quand la Reine eu terminé sa diatribe et se rasseya, Estyne se leva alors.

"Mère, vos paroles ont été comprises et seront suivis comme il se doit. Je vous remercie pour vos... conseils et tacherais de mon mieux de les appliquer." Commença-t-elle.

Elle se tourna vers le précepteur royal.

"Maître Sigismon, puisque c'est le désir de sa Majesté, vous viendrez aux premières heures de après-midi dans mes appartements et ceux du Prince afin de mettre au courant mon époux et moi-même de la situation de la cour d'Andor." Déclara-t-elle

Son regard azuré, d'une froideur polaires se braquèrent droit dans celui de l'homme.

"Tâchez d'être ponctuel dans vos visite, mon emploi du temps est restraint et je détesterais être en retard dans rendez-vous suivant." Reprit-elle, sous entendant bien des choses désagréables pour le malheureux si elle avait l'occasion de le prendre à défaut.

Après tout ce que sa mère pouvait se permettre à son endroit sans qu'elle ressente ne serait-ce qu'une pointe de colère envers elle, elle ne l'autoriserait à personne d'autre. Le précepteur avait intérêt à se tenir à carreaux... les enemis d'Estyne ne faisait jamais long feu.

"Et si ne serait-ce qu'un mot de ceux qui ont été échangés ici sont répétés ailleurs... autant vous dire qu'aucune monture ne vous portera assez loin ni assez vite pour échapper à ma colère..."

De nouveau elle se retourna vers Mère. L'expression de ses traits soumise et seraine qu'elle présenta à la souvraine contrastant violement avec celle froide et menaçante présenté un instant aupravant au précepteur.

"Mère, je n'ai plus rien à ajouter. Si vous le permettez j'aimerais me retirer et rejoindre votre fils. Il me semblait qu'il avait des choses sur lesquelles il voulait m'entretenir."
Lui demanda-t-elle.

Oh oui, elle allait rejoindre Reyn et passerait ses nerfs sur lui. Après tout il l'avait épousé pour l meilleur et pour le pire, ce matin il avait eu le meilleur... maintenant il aurait le pire!


Dernière édition par le Sam 4 Nov - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismon

avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: La goutte de sueur glissa sur son front   Sam 4 Nov - 20:42

De Mathérin ne soutint pas du tout le regard de la sedaï, mais inclina plutôt immédiatement la tête dans un acquiescement courtois. Son indignation s'ajoutait à la colère de la Reine, mais il savait que si la puissance de la souveraine ferait ployer la jeune femme, la puissance de la Princesse et de l'Aes Sedaï risquait de l'écraser, lui. Ses traits étaient maîtrisés, sa posture était impécable, mais on entendait presque grincer les forces contraires qui s'affrontaient en lui.

La goutte de sueur glissa lentement sur son front, bientôt suivie par une autre, et une autre, qui s'alignèrent en s'accumulant sur son sourcil fin, puis déboulèrent prépitemment sur l'un de ses longs cheveux grisonnants et glissèrent hors de vue. Sigismon envia un instant ces gouttes de sueur qui pouvaient ainsi s'esquiver et qui s'évaporeraient bientôt dans le calme et la paix. Puis il chassa l'idée, se reprochant cette indiscipline mal contrôlée et se rappelant que toute sa vie était au Palais, celle qui était passée et celle qui viendrait. Son destin y était inscrit et personne ne l'infléchirait! Quoique... on disait que ces sorcières avaient le pouvoir de... Non! Déjà, ces pensées de faiblesse devaient lui venir d'elle! Un de Mathérin ne se rendait pas aussi facilement! Il se battrait pour le bien-être de la famille royale, et pour sa vie!

Le Précepteur parut se détendre et respira. Pendant que la jeune femme reportait son attention à la Reine pour lui demander de se retirer, il releva discrètement la tête. Ce qu'il exprimait silencieusement correspondait à qu'un chevalier eut exprimé à son suzerain avant de charger pour lui sur un ennemi largement supérieur. Intérieurement, il tirait l'épée et la présentait à la Reine, renouvellant son allégeance. Ses yeux semblaient suggérer une réponse négative à la demande de l'épouse de Reyn de se retirer. Derrière ces yeux gris, un plan se formait...

Il s'inclina à nouveau, prêt à se retirer s'il n'était plus requis.


Dernière édition par le Dim 5 Nov - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janeyra

avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Caemlyn
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   Sam 4 Nov - 23:47

Enfin, Janeyra avait réussi à faire plier la jeune femme. L’avait-elle vraiment fait plier d’ailleurs ? Elle n’en était pas certaine. Elle n’avait pas engagé ce combat pour le plaisir de contrarier sa belle-fille, mais bien parce qu’elle croyait à ce qu’elle disait et au bien fondé de son ordre.

La Reine retint un sourire quand Estyne s’adressa au précepteur, faisant preuve de toute son autorité sur lui. Pauvre Sigismon. Mais il avait côtoyé une Reine durant 20 ans, il savait se sortir et s’accommoder de ce genre de situation épineuse.

Estyne annonça alors qu’elle n’avait plus rien à dire. Janeyra lança un regard à son précepteur. A le voir ainsi, elle savait qu’il mènerait bien la tâche qu’elle lui avait assignée. Elle hocha alors la tête et fit un petit signe de la main pour leur donner congé :

- « Bien, si vous avez fini, vous pouvez disposer. »

Elle eut un léger sourire :

- « Et ne faites pas trop souffrir Reyn. »

Cela était dit d’un ton complice. Quand son mari était encore vivant, il vait souvent essuyé les frustrations de sa royale épouse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien royal avec le précepteur...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien royal avec le précepteur...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entretien avec un vieux
» Austerlitz le film avec pierre Mondy!!!!!!!!!!!!
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Tour Blanche :: Archives :: L'ancien grimoire-
Sauter vers: